PRENDRE LA BONNE DÉCISION ?

Prendre la bonne décision… Un vrai souci, pour moi, qui essaye de tout contrôler, de regarder un problème sous tous ses angles, avant de me décider. Envie de prendre la meilleure décision, qui me permettrait d’associer « accomplissement personnel » et « sécurité ». Et la sécurité, c’est me prémunir des agressions extérieures, des confrontations, des agressions, du rejet.

Alors, j’essaye de tout étudier. De tout anticiper. Mais je sens, rapidement, que je ne pourrai jamais tout maîtriser. La malveillance humaine pourra toujours frapper à tout moment, alors pour ne pas m’aventurer, je ne vais pas tenter. Inaction. Et du coup, admiration pour les gens qui osent, qui se lancent. Seulement, rapidement, je comprends que s’ils agissent aisément, avec autant de facilité, c’est que leur vision du monde est plus limitée. Simplifiée. Moins nuancée. Et du coup, ils agissent, mais portent une forme de brutalité en eux, de ne pas chercher à comprendre l’autre. A voir ce qui motivent l’autre. Ils jugent rapidement. Mettent dans des cases, beaucoup. Et ce manque de considération de l’autre, me paraît alors aussi incomplet que l’inaction totale, rester passif.

Je veux donc trouver comment agir, en me protégeant au maximum, en respectant, en saisissant les différentes positions des autres. Et là, je comprends aujourd’hui que ma motivation première ne va pas d’être 100% sécurisé par un chemin. Une alternative. Mais 100% dégoûté par l’autre chemin, l’autre éventualité proposée. Par exemple, changer de vie, tenter une reconversion, dans l’écrit, le coaching, je n’ai aucune certitude en moi. Par contre, rester 40 ans, à faire le même travail, dans des contextes professionnels aussi durs, je sais que cette voie est une impasse. Ne m’apportera que de la tristesse jusqu’à la fin de mes jours. Donc je décide de quitter cette impasse, non pas : par garantie de succès, mais par garantie de malheur si je reste tel quel actuellement.

Pareil, pour faire un site, ou proposer des vidéos. Je n’ai aucune garantie que c’est bien ce que je fais. Que ça va être utile. Mais si je n’ose pas, je vais être dégoûté de moi. Me dire que je n’ai pas eu le courage. Et je préfère proposer du contenu, même si la qualité n’est pas parfaite, plutôt que de rester dans mon fauteuil à ne rien faire, à ne pas avoir eu le courage.

Ca n’a pas toujours été le cas. Un moment, la sécurité dans un travail traditionnel, me parlait plus que le besoin d’accomplissement. A une période, la sécurité d’analyser le travail des autres, d’acquérir des connaissances, d’accumuler le plus de connaissances avant d’oser : observer à cette période me parlait plus que de me lancer absolument. La priorité de nos besoins change tout au long de notre vie. Je pense que le principal est de s’écouter. De ne pas se forcer. Comme en CNV, se demander : « si j’avais opté pour cette option, quel besoin chez moi j’aurais satisfait. Et finalement, en optant pour l’autre option, quel besoin j’ai privilégié au final.

S’écouter. Demander à son corps, à son intuition. Et comprendre ce qui se joue en soi, même si on n’agit pas. Car ne pas agir, est une forme d’action. C’est une décision aussi. Et de comprendre pourquoi, ça me permet d’avoir plus de clarté, de mieux accepté une phase d’inactivité.

Tout finira par arriver… Si l’intuition ressent que tel besoin devient prioritaire, et qu’il est le moment de se lancer, et d’oser.

J’avais d’ailleurs envie d’écrire cet article depuis un moment. Mais justement, ce n’était pas encore le moment… Jusqu’à aujourd’hui…


Résumé :

  • Asperger/Surdoué : pensée complexe, volonté de tout comprendre, de tout contrôler, de ne pas me mettre en insécurité en passant à l’action.
  • Or, dans la vie, on ne peut pas parfaitement maîtriser les éléments extérieurs. On ne peut pas prévoir la réaction de tout le monde, se prémunir à tous les coups notamment de la malveillance.
  • Du coup, je peux rester inactif longtemps. Je continue à collecter des informations, tout en admirant des gens qui agissent.
  • Seulement très tôt, je me dit qu’ils agissent de manière brutale, sans essayer de prendre en compte l’autre. Sa motivation. Ses buts. Ils ne sont pas dans la nuance. Et cette action, dans la brutalité, ne vaut pas mieux pour moi que de rester inactif.
  • Passer à l’action, en essayant d’être le plus nuancé, précis possible : mon but. Pour enfin me jeter à l’eau, j’ai remarqué que je me lançais non pas parce qu’une option me paraissait sûr à 100%, mais surtout parce que l’autre alternative était devenue maintenant insupportable.
  • Exemple : rester dans un cadre de travail très hiérarchique, dur, sans maîtrise de mon temps de travail : trop dur. C’était devenu trop dur, impossible de penser que je ferais encore ça 40 ans dans ma vie. J’allais changer, sinon rapidement mourir.
  • De même pour faire un blog ou des vidéos. Ne pas le faire, serait pour moi un manque de courage, d’y aller, d’oser : alors je tente. Même si je sais que la qualité n’est pas parfaite. Que je pourrais améliorer le visuel, incruster des mots clés, etc…
  • Oser donc, quand l’autre alternative devient insupportable. Et l’autre alternative n’est pas insupportable de suite, immédiatement. Les priorités changent au cours de la vie.
  • Au début, je préférais la sécurité en entreprise. Avoir un statut social, gagner très bien ma vie, représenter une forme de sécurité, de succès, d’appartenance à un modèle comme tous les autres.
  • Et puis un jour la hiérarchie des besoins a changé en moi. Ma priorité n’était plus désormais la sécurité, le statut social, mais maintenant l’accomplissement personnel.
  • Du coup, si je ressens que le moment n’est pas venu pour faire quelque chose, je ne me force pas. J’analyse juste pourquoi je ne me lance pas, en me demandant pourquoi l’alternative, le comportement que je souhaite abandonner, ne m’est pas encore insupportable. Quel besoin, je satisfais par cette action, est encore primordial, pour moi, dans la vie. Et ainsi de le comprendre, je ne vois pas ma « non action », comme de l’indécision, mais comme un autre choix. Le choix de privilégier autre chose pour le moment. Jusqu’au moment où enfin je me lancerai, car la situation sera devenu insupportable quelque part.
  • Comme ce texte… Je voulais l’écrire depuis un moment… Je n’arrivais pas à me lancer… Jusqu’à, soudainement : aujourd’hui…

3 réflexions sur “PRENDRE LA BONNE DÉCISION ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.