« ELOGE DES INTELLIGENCES ATYPIQUES »

« Eloge des intelligences atypiques » : et les idées fusent de partout. Le livre reposé, chaque chapitre a ouvert une fenêtre d’exploration, d’observation, pour toujours mieux appréhender l’existence humaine, avec finesse, complexité, avec une véritable vision à 360 degrés.

Intelligence atypique : autisme. Et là les sujets sortent du livre comme soudain, monte dans le ciel, à minuit, un feu d’artifice. Car ça va dans tous les sens avec l’autisme. Comme eux, on ne sait pas bien où donner de la tête. Par où commencer. Quoi filtrer, car rapidement, tout devient intéressant. Captivant. Etonnant.

Tout d’abord, ce fonctionnement cérébral différent, qui fait ressentir l’extérieur avec beaucoup plus d’intensité. Cruel pour le bruit, la laideur. Magique, quand on se retrouve soudainement en tête-à-tête, face à elle, face à lui, debout : face à la beauté.

Intensité, et tous ces détails, à chaque plan qui nous arrivent en même temps. Comme si nous étions issus d’une tribu, où il fallait rapidement pouvoir fuir le danger en identifiant, dans les fourrés, un serpent.

Intensité, capacité à intégrer plus de données, mais qui entraine plus de fatigue pour pouvoir les traiter. Et cette difficulté pour se socialiser, car l’hypocrisie de la société, ou la difficulté de se coordonner, de pouvoir agir paisiblement dans un univers saturé. Autant de facteurs, qui nous font nous isoler. Pour le meilleur, quand il s’agit de créer, de rechercher, de nous informer. Pour le pire, quand on veut aimer, échanger, mais que deux bras ne s’ouvrent pas. Qu’on ne comprend pas en face, les ambitions de cette face. Les intentions des autres se devinent avec la probabilité d’un pile ou face.

Pourtant, il y a tellement de trésors en nous. Ce livre le rappelle. Et le fait d’être valorisé, compris, aimé, donne envie de trouver comment pleinement s’intégrer. Comment arriver à participer au sein de la société, sans s’épuiser, ni se renier. Le livre propose des pistes, et invite également la société à changer. A mieux diagnostiquer, à plus considérer et intégrer, comme elle a pu le faire avec d’autres minorités, à l’école ou au travail.

« Eloge des intelligences atypiques », c’est surtout l’éloge de la diversité. Et le livre fermé, naïvement, je me dis « que si chacun se met à avancer, on va bien finir par tous fraternellement se rencontrer, non ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.